Le Népal : le rite de passage israélien

Ecrit pour IsraPresse le 26 avril 2015

Accès direct sur IsraPresse

Randonneurs israéliens ayant trouvé refuge au centre Chabad de Katmandou. Crédit Photo: Chabad.org

Randonneurs israéliens ayant trouvé refuge au centre Habad de Katmandou. Crédit Photo: Chabad.org

Ils sont 20 000  à faire chaque année le trajet Tel Aviv – Katmandou. Israéliens en quête d’aventures, de paysages à couper le souffle ou juste de dépaysement, ils y séjournent plusieurs mois, certains plus encore, avant de rentrer en Israël. 
Qui sont ces jeunes et moins jeunes qui vont jusqu’au bout du monde pour, finalement, se retrouver entre Israéliens sur le sommet d’une montagne ou dans un treck entre ciel et terre? Que viennent-ils chercher au Népal? Comment le centre Habad (Loubavitch) de Katmandou est-il devenu si célèbre qu’il a fait l’objet d’une série télévisée ultra-populaire? Alors que nous sommes toujours sans nouvelles de plus de 200 Israéliens après le violent séisme qui a secoué Katmandou et ses environs, IsraPresse revient sur le phénomène des Israéliens au Népal. 

Depuis le violent séisme de magnitude 7,9 qui a secoué la capitale népalaise dans la journée de samedi, plusieurs centaines d’Israéliens en voyage dans le pays ont eu le réflexe de se rassembler au centre Habad de Katmandou, sorte de point d’ancrage des randonneurs venus de l’autre côté du monde.

Chani Lifshitz, qui co-dirige la maison Habad de Katmandou avec son mari, le rabbin Chezki Lifshitz, a déclaré dans une vidéo postée sur leur page Facebook que quelques centaines de randonneurs israéliens ont trouvé refuge au centre. « Nous sommes encore en train de rassembler les noms des disparus, et essayons d’entrer en contact avec tout le monde aussi vite que possible », a assuré la co-directrice du centre Habad, qui organise chaque année des repas gigantesques pouvant réunir jusqu’à 1 500 personnes, lors des fêtes juives traditionnelles.

Logements de fortune organisés au centre Chabad. Crédit photo: Facebook

Logements de fortune organisés au centre Habad après le séisme. Crédit photo: Facebook

Pour l’instant, 250 Israéliens sont toujours recherchés, les équipes de secours n’ayant pas réussi à établir le contact avec eux. Travaillant en étroite collaboration avec le ministère israélien des Affaires étrangères au Népal, un service médical d’urgence a été installé au centre. Les soins sont directement fournis par des randonneurs qui ont servi dans les secours de Tsahal lors de leur service militaire. Une aide non négligeable apportée aux équipes de l’organisme Zaka qui œuvre pour l’identification des victimes de catastrophes, des secours israéliens et de Tsahal, envoyées au Népal dans le but de fournir une assistance médicale à tous les Israéliens sur place.

Quelque 20 000 randonneurs israéliens voyagent en effet au Népal chaque année, selon les chiffres officiels. Généralement âgés d’une vingtaine d’années, ils se rendent au Nepal sac sur le dos, pour parcourir les monts Everest et Annapurna, au cœur de la chaîne de l’Himalaya. Le Népal, offrant une grande variété de paysages, peut se vanter de posséder huit montagnes parmi les dix plus hautes du monde, dont le fameux Everest, et propose de nombreuses activités touristiques à sensation comme le trekking, l’alpinisme, le rafting,… De quoi faire rêver la jeunesse israélienne.

Groupe d'Israéliens au centre Chabad. Crédit photo: Facebook

Groupe d’Israéliens voyageant au Népal, au centre Habad. Crédit photo: Facebook

Pour la plupart, il s’agit d’un voyage post-armée, à la fois initiatique et exotique, une expérience d’évasion après un service militaire long de trois ans, dans un pays qui est devenu leur nouvelle Terre promise. Certains villages népalais ont même leurs panneaux inscrits en hébreu. Ce rite de passage n’est pourtant pas sans danger. En effet, en octobre dernier, trois Israéliens ont été tués dans une avalanche.

C’est aussi pour cette raison que le couple Lifshitz a décidé d’implanter un centre Habad dans des endroits aussi reculés qu’improbables. Après le succès de la maison Habad de Katmandou, un second centre a été ouvert à Pokhara en novembre 2007 afin d’aider les randonneurs, ainsi qu’un troisième à Manang, en plein milieu du circuit de l’Annapurna, faisant de lui le plus haut centre Habad du monde. Le rabbin Lifshitz affirme qu’ils sont environ 1 500 à voyager actuellement au Népal, et pour beaucoup, le centre Habad fait office de refuge, voire d’ambassade.

Le rabbin Chezki Lifshitz, sa femme Chani et leurs enfants, dans la maison Chabad de Katmandou. Crédit photo: Facebook

Le rabbin Chezki Lifshitz, sa femme Chani et leurs enfants, dans la maison Habad de Katmandou. Crédit photo: Facebook

Il s’agit d’un véritable phénomène, qui a fait l’objet d’une série très suivie en Israël, produite par Channel 2. Logiquement nommée « Katmandou », la série décrit les tribulations du jeune couple Habad lors de l’ouverture du centre il y a 13 ans, offrant son aide aux randonneurs israéliens. L’un des rôles principaux étant tenu par la mannequin et actrice désormais célèbre Gal Gadot.

Depuis, les randonneurs israéliens continuent de parcourir le Népal de long en large, mais surtout de bas en haut, prouvant que le phénomène Katmandou n’a peut-être pas encore atteint son sommet…

Retrouvez TOUT ISRAËL sur Facebook

Sarah Lalou Lessing

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s