Shabbat Aloha au Paradis d’Hawaï

Bienvenue à Hawaï. Les senteurs d’huile de coco flottant sur l’océan ne sont pas un mythe. La douceur des Hawaïens, toute aussi surprenante qu’apaisante non plus.

Cette Terre bénie se situe étrangement aux antipodes d’Israël sur notre globe. Pas moins de 13.956 km et 12h de décalage horaire séparent Honolulu de Jérusalem. Hawaï est connu pour être l’île des surfeurs, mais se distingue également comme le territoire diamétralement et symétriquement opposé à Israël. Les îles sont si éloignées que lorsqu’on les dépasse, on revient déjà vers Jérusalem. Alors pourquoi le pays du mélodieux « Aloha » vibre-t-il de similitudes troublantes avec Israël?

Serait-ce en raison de l’amour inconditionnel des Hawaïens pour leur Terre, qu’ils chérissent et à laquelle ils dédient leurs chansons rythmées de youkoulélé? Ou bien à cause de l’isolement géographique de l’archipel, qui rappelle celui d’Israël, île perdue au milieu de l’océan des pays hostiles du Moyen Orient?

Le fait est que certains Israéliens ont décidé de déposer leurs valises sur ce Paradis terrestre, en ayant tout de même sur les lèvres un mal du pays propre aux Sabras qui vivent exilés.

Vendredi soir, le rendez-vous est pris à la synagogue Chabad de l’île. En chemin, les Israéliens repérables à des kilomètres grâce à leurs fameux kiosques – mais ils sont partout! – lancent un « Shabbat shalom » en vendant leurs colliers de fleurs. Religieux orthodoxes et touristes en tongues se rencontrent autour d’un repas convivial organisé par le Rabbin Chabbad, fidèlement vêtu de son Kapate – costume noir traditionnel. Une dame vient s’asseoir à côté de moi avec un regard vif et tendre, pour me dire doucement en anglais que je lui rappelle sa petite-fille. Je reconnais immédiatement l’accent juif marocain, celui de ma grand-mère, et lui demande d’où elle est: sans surprise du Maroc. Elle bascule dans un français que je connais intimement, celui de la génération de mes grand-parents, avec des expressions et un accent si particulier. Mariée à un Américain qui a servi dans l’Air Force, elle m’explique qu’elle vit à Hawaï depuis 10 ans. Une autre dame est arrivée la veille depuis la Vieille Ville de Jérusalem. Que le monde est petit… même au bout du monde.

Les deux dernières heures de Shabbat à Hawaï se situent à la toute fin du fuseau horaire. Les Juifs de l’île restent les seuls sur Terre à le respecter, alors que le Septième jour a déjà pris fin depuis quatorze heures à Jérusalem. On se sentirait presque les Juifs des Juifs.

La fin de Shabbat rime ici avec une « djaknoun party », organisée par une Israélienne d’origine yéménite, qui invite les touristes de passage sur sa terrasse de Honolulu.

DSC07478

« Djaknoun party » à Honolulu avec les Israéliens de Hawaï. Photo de Sarah Lalou

L’ambiance israélienne de Shabbat continue donc depuis les hauteurs de Hawaï, avec distribution chaleureuse de la délicieuse pâte bien grasse en forme de rouleau.

DSC07480

Photo de Sarah Lalou

Shavoua tov hawaïen !

DSC07484

Photo de Sarah Lalou

Retrouvez TOUT ISRAËL sur Facebook

DSC07486

Djaknoun, spécialité yéménite. Photo de Sarah Lalou

Sarah Lalou

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s