Libération des prisonniers palestiniens : révélation de leur identité et révolte des familles israéliennes endeuillées

Le gouvernement israélien s’apprête à voter sur la libération de 103 prisonniers palestiniens qui ont assassiné des Israéliens, dans le cadre de la reprise des pourparlers de paix avec l’Autorité palestinienne. La liste des prisonniers a été révélée, et les familles des victimes des attentats expriment leur douleur et protestent à Jérusalem.

Selon un haut fonctionnaire de l’Etat, le Cabinet se prononcera sur la décision aujourd’hui – dimanche 28 juillet – et un comité ministériel dirigé par le Premier ministre Benyamin Netanyahou finalisera les détails. Ce comité comprendra le ministre de la Défense Moshe Yaalon, la ministre de la Justice Tzipi Livni, le ministre de la Sécurité intérieure Yitzhak Aharonovich, et le ministre de la Science et de la Technologie M. Yaacov Peri.

Benyamin Netanyahou a publié un communiqué samedi afin de demander le soutien des Israéliens, pour ce qu’il a décrit comme une « décision très douloureuse » : « C’est une décision incroyablement difficile. C’est douloureux pour les familles endeuillées, douloureux pour la population israélienne et douloureux pour moi. Cette décision rompt avec les valeurs de la Justice ».

« Les Premiers ministres doivent parfois prendre des décisions qui vont à l’encontre de l’opinion publique, lorsqu’elles sont importantes pour le pays. La meilleure réponse que nous pouvons donner à ces meurtriers est que durant les années qu’ils ont passées en prison, nous avons construit un beau pays », a-t-il ajouté.

La liste des prisonniers contient des terroristes palestiniens, mais aussi des Arabes israéliens.

Les deux plus anciens prisonniers sont Karim et Maher Younis, des Arabes israéliens de Wadi Ara coupables du meurtre du soldat de Tsahal Avraham Brumberg en 1981. Ils avaient été condamnés à la prison à vie, puis avaient vu leur peine réduite à 40 ans.

Parmi les autres Arabes israéliens qui vont être libérés, quatre habitants d’Umm al Fahm qui ont tué trois soldats près du kibboutz Gilad en 1992, et quatre autres qui ont assassiné le soldat Moshe Tamam en 1984.

Samir Sarsawi de Ibtin, emprisonné en 1988 pour avoir jeté une grenade au milieu d’une rue de la grande ville de Haïfa, compte également être libéré, ainsi qu’Ahmed Abu Jaber, coupable de l’assassinat du soldat Akiva Shaltiel en 1985.

Parmi les terroristes palestiniens en route vers la libération, est inscrit Issa Abed Rabo, coupable du meurtre de Revital Seri et Ron Levy, près de la vallée Cremisan en Octobre 1984.

La liste comprend également Mohamed Dawd de Qalqilya, qui a jeté un cocktail Molotov sur une voiture en 1987, tuant Ofra et Tal Moïse. Jumaa Adem et Mahmoud Kharbish ont quant à eux placé une bombe dans un autobus dans la vallée du Jourdain, à la veille des élections de 1988, tuant cinq personnes : Rachel Weiss, ses trois enfants, et le soldat David Dolorosa qui avait essayé de les sauver.

Cette liste longue et éprouvante, l’est encore plus pour les familles endeuillées, qui manifestent aujourd’hui avant le vote du cabinet ministériel, en traitant le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahou de « lâche ».

Les manifestants désemparés scandent : « C’est un jour de deuil », « On ne relâche pas des assassins d’enfants », et ont distribué les numéros de téléphone privés des ministres aux passants, les invitant à les appeler afin qu’ils votent contre la libération des prisonniers palestiniens.

Rejoingnez TOUT ISRAËL sur Facebook

Ayelet Tamam, la belle-sœur du soldat Moshe Tamam assassiné par des prisonniers en 1984, a déclaré que « le sang des soldats et des civils qui ont été tués gémit depuis le sol ». « Nous ne devons pas commettre l’erreur de libérer ces terroristes odieux comme condition préalable. Ce sont des tueurs qui reviendront assassiner ».

Visant la prochaine ouverture des pourparlers de paix, le Premier ministre Benyamin Netanyahou a déclaré que « durant les neuf prochains mois, nous pourrons déterminer s’il existe en face de nous, un partenaire palestinien qui désire véritablement la fin du conflit comme nous le désirons ».

Sarah Lalou

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s