Renseignements israéliens : les dangers du régime d’Assad

Des sources du renseignement israélien ont déclaré au journal « The Times » basé à Londres, que le régime d’Assad affaibli serait préférable pour Israël et toute la région du Moyen Orient à un gouvernement contrôlé par des terroristes islamistes. Cette déclaration intervient peu après la livraison d’armes en Syrie, par le gouvernement russe.

Selon le quotidien anglais « The Times », un responsable du renseignement israélien aurait affirmé qu’il valait « mieux un diable que nous connaissons plutôt que des démons que nous pouvons à peine imaginer, si la Syrie tombait dans le chaos et que les extrémistes du monde arabe s’implantaient dans le pays ».

Un autre responsable israélien de la Défense a également déclaré qu’il valait mieux pour Israël que les forces d’Assad et les rebelles s’affrontent, plutôt qu’elles s’unissent contre Israël.

Ces réactions suivent les observations publiées mercredi dernier dans le journal New York Times, dans lequel un haut responsable israélien a signalé qu’Israël envisageait des frappes militaires contre la Syrie, afin de contrecarrer le transfert d’armes de pointe aux militants islamistes.

Ce responsable avait aussi mis en garde le président syrien Bachar al-Assad, du fait que son gouvernement allait subir de lourdes conséquences s’il exerce des représailles contre Israël : « Israël est déterminé à continuer d’empêcher le transfert d’armes sophistiquées au Hezbollah. Le transfert de ces armes au Hezbollah déstabilisera et mettra en danger l’ensemble de la région », avait-il prévenu.

Vendredi, le journal Wall Street avait rapporté que la Russie a envoyé une douzaine de navires militaires vers sa base navale sur les côtes syriennes, correspondant selon les responsables américains et européens, à une attitude agressive visant à avertir l’Occident et Israël contre une intervention dans le conflit syrien.

Le New York Times a complété les informations, rapportant que la Russie a envoyé des missiles en Syrie, qui pourraient renforcer les forces de Bachar Al-Assad, et prolonger le conflit sanglant.

Le ministre des Affaires étrangères russe, Sergueï Lavrov, a annoncé que la Russie comptait respecter ses engagements concernant « les accords relatifs aux armes de défense aérienne », faisant référence au système avancé de défense antimissile S-300, dont la portée d’interception est supérieure à 100 km. Une arme qui pourrait jouer un rôle important dans l’équilibre des forces de la région.

Le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahou avait tenté de bloquer la vente russe de missiles S-300 à la Syrie, sans succès.

La Russie a signé un contrat d’une valeur de 222 million d’euros en 2007, pour approvisionner son allié du monde arabe, par une importante cargaison de missiles.

Selon ministre des Affaires étrangères russe Sergueï Lavrov, la Russie ne projetterait de ne signer aucun nouvel accord avec le gouvernement syrien, mais reste néanmoins engagée par ses accords antérieurs.

Sarah Lalou

Article publié sur le site de Guysen News

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s